Sénégal. Enseigne assez accrocheuse sur la Nationale, à la sortie numéro 10 de l’Autoroute à péage du groupe Eiffage. Sur la route de Mbour, une station service se dresse à gauche avec un restaurant Katia haut perché et qui promet des merveilles aux amateurs de Fast Food.

 Ce jour là, oeufs du plat servis trop cuit avec un soupçon de salade et une  tomate en rondelle sans doute aux normes ESG. Pas de ketchup ni moutarde. A la place du jus d’orange pressé, une de ces solutions  sucrées qui polluent Dakar. Au moment où le chaland allait exiger réparation, son oreille balladeuse capte les interrogations narquoises venant de la table voisine. Une senef, sénégalaise de France, s’énerve à la vue de son plat de poulets : “mais ce sont des pigeons “ lance la “benguiste” alors que son compagnon, ne cesse de se plaindre de la cherté du menu : “un coca à 4 balles, un plat à 10 euros”. Eh oui, ce n’est pas donné et l’on n’accuserait certainement pas monsieur Poutine d’en être le responsable.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here